MOOD

Bonjour, je suis une Salope

Judgements, photo de Rosea, publiée sur son Tumblr en 2013 qui travaillait une réflexion sur le Slut Shaming.

Maude est une jeune étudiante en hypokhâgne de 18 ans. Maude ça pourrait-être ta copine, notre sœur ou la cousine de Jean-Hubert. Mais Maude c’est avant tout une femme, allez une jeune fille si tu préfères et elle a osé porter un short !

L’autre soir elle rentre de la plage. Elle vit à Toulon et autant te dire qu’il y a bien longtemps qu’on a lâché les collants et la doudoune dans cette contrée qui semble fort lointaine tant le soleil y brille. Les gambettes à l’air, elle s’engouffre dans son bus. Trajet somme toute banal mais qui a viré au cauchemar. Pourquoi nous diras-tu ? Elle te l’explique sur son post Facebook. Nous on voulait simplement revenir sur cette pratique qui s’appelle le Slut-Shaming.


Je suis en colère ce soir.
Nous sommes en 2016 et je viens de me faire agresser parce que je portais un short. Oui, un short. UN PUTAIN DE SHORT
Nous sommes en 2016 et un groupe de 5 FILLES m’a insulté, menacé, craché dessus dans un bus sans que jamais personne n’intervienne, malgré leurs hurlements et les miens. Elles n’ont visiblement pas apprécié tous les arguments que j’ai sorti en faveur de l’égalité homme-femme et de la liberté de disposer de son propre corps puisqu’elles m’ont suivie pour me frapper lorsque je suis sortie du bus et ne sont parties qu’après qu’un homme que j’ai interpellé ait attendu avec moi qu’elles s’en aillent (au bout de 15 minutes, vous captez le délire ?)

Nous sommes en 2016 et je tremble de rage: à la question « pourquoi vous me traitez de pute parce que je porte un short alors qu’un homme peut se balader torse nu en plein centre ville sans que personne n’y trouve rien à redire ? », elles m’ont répondu dans la seconde, les yeux écarquillés, comme si c’était l’évidence absolue: « ben parce que t’es une femme, faut se respecter sale conne. »
Ah oui. Autant pour moi, j’avais oublié. Mais merci, maintenant j’ai la très agréable impression d’avoir fait un bond de quelques siècles en arrière.

J’avais l’habitude des pelos relous qui te klaxonnent et te sifflent comme un chien parce que tu as le malheur de disposer d’un vagin, qui viennent te harceler parce qu’ils ne comprennent pas ton « non », je connaissais les propos misogynes et salaces quand tu n’as apparemment pas assez de tissu sur toi pour protéger ta vertu, mais que ca aille aussi loin AVEC DES FEMMES pour un pauvre short, c’est une triste première.

Nous sommes en 2016 et malgré ce qu’en disent certains, le combat féministe est bien loin du compte.


Mais qu’est-ce que c’est que ça ? On pourrait le traduire par « Intimidation des Salopes ». Ce concept consiste à stigmatiser des comportements dits hors-normes de femmes qui seraient donc jugées trop provocantes ou dont l’attitude serait à connotation trop sexuelle. Je sais pas si tu nous suis. En somme dans la tête de ton agresseur(e), tu n’es pas en corrélation avec ses valeurs ou sa culture ce qui produit chez lui le besoin irrépressible de te le faire savoir par un moyen physique ou morale.

La grille de lecture « socio » de chacun est différente en fonction de l’éducation reçue, le milieu dans lequel il évolue, ou encore un bon nombre de facteurs que nous ne maîtrisons pas. Certes ! Or, tu n’es pas sans savoir que de disposer d’un vagin et de la liberté de jouir de son corps comme bon te semble n’est pas un crime. Porter un short, un décolleté plongeant ou encore une jupe aussi courte soit-elle ne doit appeler aucune remarque et encore mois aucune violence.

Alors bien entendu, on ne peut partir au combat avec « notre vulve et notre couteau » et guerroyer contre la terre entière. Cela ne changera pas la face du monde. Il faut faire avant tout évoluer les mentalités. Et ça, à ton niveau tu peux le faire. Modifier certain de tes comportements et ceux de ton entourage est tout à fait possible ! Si si on te le jure.

Chez Les Culottées on s’est bien dit deux trois fois «  La vache, elle n’a pas froid aux yeux celle là ! ». Tout ça parce que Marie-Mathilde portait à notre goût la jupe un peu trop fendue. Mea Culpa. Ceci est l’exemple à ne pas suivre ! Alors si on n’a pas la méthode genre « Comment arrêter le Slut-Shaming pour les nuls », on a bien une ou deux choses à te proposer.

Attention le message qui va suivre n’a aucunement valeur de jugement et n’a pas vertu à être moralisateur.

Dans notre société, on est bien trop souvent jugés sur notre sexualité. Toi, nous, lui, elle. Tu as été un jour ou l’autre sans aucun doute Slut-Shamé, Slut-Shameur ou témoin de l’une ou l’autre de ces situations.

Ces situations, qui, par ailleurs, encouragent la culture du viol. En les admettant, en les acceptant, tu encourages le fait que bah de toute manière «  elle l’a bien cherché ». C’est une façon d’invalider ce que l’on appelle le consentement et de réduire le corps de la femme à celui d’un objet.

Tu comprendras donc ici la nécessité de respecter les règles élémentaires de la condition féminine afin de ne pas bafouer le plus commun des droits : celui de la femme et de rendre ainsi une victime, coupable de faits qui sont à l’origine reprocher à son agresseur.

Naturellement, Les Culottées le savent, elles ne changeront pas la face du Monde avec ce bébé article mais elle voulait que tu saches que pour nous tout ça a son importance. Il en va d’une prise de conscience personnelle de chacun, chacune d’entre-nous et on voulait simplement le partager avec toi.

Sur ce, on retourne éplucher les patates !

You Might Also Like

  • Alex
    17 juin 2016 at 22 h 45 min

    C’est une lutte de tous les jours mais nous gagnerons ! Vive les shorts et la liberté de disposer de son corps comme on l’entend !

  • AnnCha
    16 juin 2016 at 20 h 43 min

    Après avoir lu ce témoignage ma réaction à été très simple, je continuerai de porter des shorts, mini short, et mini jupe/robe. Y a pas de raison que la longueur de ma jupe regarde qui que ce soit, à part moi ^^

    • Les Culottees
      16 juin 2016 at 22 h 01 min

      Et tu as bien raison !

  • Paulinec
    16 juin 2016 at 12 h 17 min

    Ca m’arrive souvent de me prendre des remarques déplacées . Quand je suis en roller ou quand je vais courir et je ne suis pas forcément en short.
    Et si je répond pas et bien j’ai droit à un gentil « salope » ou « sale grosse » et bien la prochaine fois où il se prendra un gros hit ou un gros coup de casque dans le nez !!!

    • Les Culottees
      16 juin 2016 at 22 h 01 min

      Pas de violence ! C’est les vacances ^^