LIFESTYLE MOOD

Jador #unchienculotté

Salut toi !

Je me présente, je m’appelle Jador et je suis une belle labrador noir de 19 mois. Je fais partie de la bande des Culottées depuis ses débuts. Jolie communauté que j’ai vu grandir, grandir, grandiiiir ! Ma maîtresse vous a promis de blogger un peu plus cette année mais pour tout vous avouer elle a peu de temps et ne sait pas trop par ou commencer ! Alors j’ai décidé de prendre la plume ou plutôt le clavier !

Pour débuter je pensais qu’il était peut-être intéressant que je me présente qu’en dis-tu ?

S’il t’est déjà arrivé(e) de venir à l’un de nos événements ou de croiser ma maîtresse, tu as déjà du m’apercevoir. Je ne suis pas très discrète bien que pas très grande et je suis très souvent affublée d’un joli gilet bleu. Non ce n’est pas une coquetterie de ma maîtresse promis ! En réalité je suis un peu différente des autres chiens… Hop hop hop je te vois venir ! Non je n’ai pas pris le melon ! Je suis juste vouée à un destin un peu particulier !


Ma première photo !


Je te raconte ? Allez !

Je suis née au CESECAH à LEZOUX en Auvergne. On dit le CESECAH car c’est un peu pompeux mais en vrai ça veut dire : Centre d’Étude, de Sélection et d’Élevage pour Chiens Guides pour Aveugles et Handicapés. C’est à rallonge je t’avais prévenu. Il n’y a pas que celui-ci en France mais tu peux te renseigner sur l’internet mondial. 

Après deux mois passés au vert, tout le monde a vite vu que je présentais les aptitudes nécessaires pour devenir chien-guide. je suis pas surdouée t’emballe pas mais jai un bon potentiel en toute humilité. J’ai donc été confiée à l’école des chiens guides de Toulouse qui a choisi Bérengère pour devenir ma famille d’accueil.

Une famille d’accueil ? Tu dois te demander ce que c’est. Hé bien ce ne sont ni plus ni moins que des bénévoles qui nous accueillent sur un temps donné. Pour répondre à la question qu’on lui pose souvent, non ils ne sont pas rémunérés en revanche, l’école fournie croquettes, jouets et palie au soin véto. Qu’on se le dise, il faut-être sacrément culotté pour accepter une telle mission. D’abord parce que l’on demande beaucoup de temps mais aussi beaucoup d’attention.

Bah ouais tu crois pas que j’ai été livrée sage comme une image. Si moi j’étais déjà propre à deux mois, (oui oui tu as bien lu !) ce n’est pas le cas de tous les petits nouveaux. Faut nous sortir régulièrement, nous apprendre à faire nos besoins au caniveau mais y’a eu aussi toutes les prémices de l’éducation à m’enseigner comme le « assis », « couché », « au pied » et autres principes de socialisation qui, crois le ou non sont indispensables pour mon devenir.

Ainsi, pendant un peu plus d’un an, je me suis baladée partout avec ma maîtresse. J’allais à tous les rendez-vous des Culottées, je l’accompagnais boire un verre, chez le médecin, en vacances ou encore faire les courses Bien entendu, elle me sortait aussi au parc pour que je rencontre d’autres chiens. Toutes ces activités m’ont permis de découvrir le monde, de n’avoir aucune crainte et d’appréhender au mieux chaque situation nouvelle. Tout l’intérêt de me laisser libre accès à tous les lieux accueillants du public. Il y a même une loi pour ça mais ça je t’en parle un peu après.

Récemment je suis rentrée à l ‘école. Toujours à Toulouse. Et plus précisément au 44 rue Louis Plana non loin des Argoulets. Ca s’appelle un centre d’éducation ou l’internat du chien si tu préfères. Ma maîtresse m’y dépose le Lundi et me récupère le Vendredi. Période durant laquelle j’apprends à guider. Je suis assez « fiérote » car je travaille au harnais ! C’est vachement plus saillant que le gilet bleu !

Là-bas on m’enseigne à contourner les obstacles, à montrer les sièges vides dans le métro et surtout à être attentive à l’environnement qui m’entoure. Bah ouais, je vais être les yeux de quelqu’un dans les mois à venir et ça ce n’est pas rien. Bon le guidage demande beaucoup de concentration donc j’ai besoin de beaucoup de détente mais sois rassurée je ne bosse pas H24, je m’amuse aussi énormément.Puis finalement en soi guidée c’est plutôt un jeu pour moi. T’imagines on me paye en croquettes. A chaque fois que je fais un truc de bien, on m’en file quelques-unes. Inutile de te dire que je m’applique et il n’y voit que du feu ! 

La phase moins rigolote elle va être pour ma maîtresse d’ici la fin de l’année, j’aurais fini la totalité de mon apprentissage. Car après avoir partagé presque deux ans avec elle je vais m’en aller rejoindre de nouveaux horizons. Pour moi ce n’est pas vraiment difficile car je m’adapte facilement. Mais la séparation ne va pas être une mince affaire. Deux ans avec moi, son poilu, qui approche la perfection (non là je m’emballe ok).  En réalité je crois qu’elle relativise face au geste qu’elle accomplie même si elle n’en a pas encore la mesure. Elle changera sans doute d’avis quand elle verra le binôme que je formerai avec mon nouveau maître.

Je vais passer de nombreuses années avec. Disons 5, 6, 7 ans avant qu’on mette à la retraite. Tout dépendra de ma santé ou encore de mon aptitude à guider. On est très suivi par notre école entre l’arrivée et la fin de ma mission. Tout le monde s’astrait à nos offrir le meilleur. c’est pour cette raison que je passerai ma retraite dans les meilleures conditions. ils arrivent que nos maîtres nous gardent, nous placent dans leur famille ou que je revienne auprès de ma famille d’acueil. chaque cas est différent et on en est encore loin ! Alors qui vivra… Verra ! 

En attendant je lui dois une fière chandelle car elle s’est beaucoup battue tant pour ma santé que pour les soucis d’accessibilité que l’on a rencontré. Bah ouais tu crois pas que je mesure 48 centimètres au garot parce que je n’ai pas assez mangé de soupe. Mais ce n’est ni le moment, ni l’endroit de te faire l’apologie de ma croissance.

En revanche je veux que tu sois attentif(ve) à ce qu’il va suivre. Prêt(e) ?

Moi, chien-guide, en apprentissage ou non, je suis un chien d’assistance. Et, parce que je suis là pour palier à la déficience visuelle de mon maitre ou à une situation de handicap, j’ai le droit de me rendre ou je veux, quand je veux ! Tu dois comprendre par là qu’il est nécessaire que j’ai accès à tous les lieux qui accueillent du public (sauf cuisines de restaurant et salles chirurgicales).

Je revendique donc ici mon droit à l’apprentissage et à la non-discrimination de la personne que j’accompagne. Si tu veux, la Fédération Française des Associations de Chiens guides d’aveugles (à savoir FFAC) à laquelle est rattachée mon école a réalisé deux jolis films à ce sujet. Ils t’aideront à comprendre cette loi qui relève du pénal figure toi ! Voilà. L’histoire s’arrête ici pour toi. Il ne me reste plus qu’à aller manger et te souhaiter le meilleur ! 

Comment elle dit déjà ? Ah oui ! Mille bisettes.

Jador chien-guide d’aveugles et blogueuse en herbe.

11693848_10153998564477586_1489352079922962028_n 11221841_10154051678567586_726837375754326797_n 13178820_10154847477482586_2737964616468133883_n
 

Moi, quand je suis punie et que j’essaye de me faire la malle ! Description : Jador rempant dans l’herbe

 

 

You Might Also Like